Quand la France et l’Europe font du pied aux étudiants africains

C’est un peu par hasard que je suis tombé sur un l’article d’un quotidien français bien connu et qui parlait de Manuel Valls, ancien candidat à la primaire de Gauche (le gagnant, Benoît Hamon représentera le parti de gauche à la présidentielle de 2017). Si l’article parlait de Manuel Valls, il insistait davantage sur sa volonté de créer un programme similaire à Erasmus, mais entre la France (et on peut l’imaginer une grande partie de l’Europe) et le continent noir. Ce programme, qu’il a nommé « Senghor », du nom du célèbre écrivain et ancien président sénégalais, viserait ainsi à créer un pont entre l’Europe (je généralise un peu) et l’Afrique.

Si je n’adhère pas à toute la politique de l’homme, l’idée de créer une structure qui rallierait les deux continents et au delà me parle beaucoup plus. Des étudiants africains pourraient en effet, de manière beaucoup plus simplifiée, faire des semestres d’échanges en Europe, et inversement. 

Une initiative intéressante, faut l’avouer, qui permettrait à différentes cultures de se côtoyer. D’améliorer les économies des uns et des autres, européens, comme africains, mais aussi de diminuer, voir éradiquer les clichés sur le continent noir vu de l’Europe, mais aussi de l’occident vu de l’Afrique.

ERAMUS QU’EST-CE QUE C’EST ?

L’European Region Action Scheme for the Mobility of University Students ou plus couramment programme Erasmus, est un programme d’échange d’étudiants entre les universités européennes. Mis en place en 1987, ce programme permet aux étudiants de faire tout ou partie de leur scolarité dans l’université d’un autre pays européen que celui où ils résident. Une occasion unique de découvrir de nouvelles manières de vivre au sein de l’Union Européenne.

Pourquoi un projet « Senghor » peut être intéressant

Avec un tel programme, des étudiants africains pourraient, de manière beaucoup plus simplifiée, faire des semestres d’échanges en Europe, et inversement.

Une initiative intéressante, qui permettrait à différentes cultures de se côtoyer. J’ai connu personnellement des personnes, européennes, qui durant mes années d’études, auraient souhaiter qu’un tel programme leur permette de visiter sans trop de difficultés de nombreux pays africains.

De plus, le projet Senghor, s’il devait être mis en place, permettrait d’améliorer les économies des uns et des autres, européens, comme africains, mais aussi de diminuer, voir éradiquer les clichés sur le continent noir vu de l’Europe, mais aussi de l’occident vu de l’Afrique.

 

Et vous, que pensez-vous d’un tel programme d’échange ?

Merci de partager votre point de vu en commentant cet article.

Ne manque aucune actualité. Abonne-toi.

Tu apprendras comment :

  • Améliorer tes finances
  • Booster ta productivité
  • Et plein d'autres surprises...
mm

AuthorCharles EDOU NZE

Ingénieur informatique, blogueur et essayiste qui s'ignore encore.

Laisser un commentaire